Zoom sur

Réunion de Concertation Pluripro (RCP)

Nous sommes toutes et tous confronté·es à des difficultés de coordination entre actrices et acteurs intervenant auprès d’un·e même patient·e. Pour beaucoup, nous avons la conviction de l’intérêt d’échanger et de partager avec les autres intervenant·es médicaux, paramédicaux ou sociaux auprès de nos patient·es. Toutefois le temps nous fait souvent défaut et la rémunération à l’acte actuelle n’aide pas à prendre le temps, en invisibilisant ce travail.

La CPTS Sud-Est Grenoblois entend promouvoir et faciliter les échanges entre professionnel·les, au bénéfice des patient·es et de la fluidité des parcours de soin et de santé, en indemnisant les professionnel·les libéraux pour ce temps nécessaire à la coordination.

 

 

Comment ça fonctionne ?

  • J’organise un temps d’échange (ou RCP) avec un·e ou plusieurs professionnel·les intervenant autour d’un·e même patient·e. La ou le patient·e peut être convié·e à cette rencontre.
  • Chaque participant·e remplit et signe la feuille de présence (téléchargeable ci-dessous) puis un·e participant·e l’adresse via MON SISRA à CPTS SUD EST GRENOBLOIS.
  • Un compte rendu de cette rencontre est effectué par un·e participant·e et partagé avec toutes les personnes présentes à la RCP, via messagerie sécurisée.
  • Chaque libéral·e participant·e perçoit une indemnité à hauteur de 40€/h.

>> Télécharger la feuille de présence <<

>> Télécharger l’affiche mémo ici<<

 


Mini-portrait Mathilde Petit, médecin généraliste

« Installée en cabinet de groupe à Saint Martin d’Hères depuis janvier 2019, je suis, comme beaucoup d’autres professionnel·les, confrontée à la gestion de cas complexes sur le plan médical, psychologique, social voire professionnel. Ces situations ont été particulièrement difficiles pour moi au début de mon installation, n’ayant pas encore de réseau établi et devant trouver mes marques dans de multiples domaines…

J’ai pu assister à une RCP pour l’une de mes patientes (certes en visio pour des raisons personnelles mais ce qui est déjà bien !). J’en conclus que la rencontre et l’échange avec les autres professionnel·les de santé concerné·es ne peut être que bénéfique, afin d’éclaircir une situation, d’échanger ses points de vue, et d’opter pour la meilleure prise en charge, en présence ou non du patient ou de la patiente.

Tant pour trouver une solution, que pour partager une lourde responsabilité, les RCP me paraissent primordiales. Elles sont d’ailleurs monnaie courante à l’hôpital, mais trop peu développées en exercice de ville : par manque de temps et de rémunération ? De par notre rythme effréné, le risque de l’exercice libéral est de s’enfermer dans une pratique sans échanger avec d’autres professionnel·les pourtant si près et si concerné·es par les mêmes patient·es…

Espérons donc qu’elles se développent de plus en plus grâce au soutien de la CPTS ! »