Zoom sur

Protocole ophtalmologie

L’allongement du délai d’accès à une consultation en ophtalmologie en ville entraîne un retard dans le dépistage des pathologies oculaires liées au diabète et au vieillissement de la population. Des atteintes visuelles qui peuvent être évitées.

Le protocole ophtalmologie a pour objectif de faciliter l’accès à un dépistage visuel pour les plus de 65 ans et les patients diabétiques sans bilan ophtalmologique depuis plus de 3 ans.

L’implication des orthoptistes sur le territoire et la volonté du service d’ophtalmologie du CHU de faciliter l’accès au dépistage visuel permet aujourd’hui de répondre à cette problématique, grâce au développement de la téléexpertise.

 

Déroulement du protocole ophtalmologie

  • Critères d’inclusion : + de 65 ans ou patient diabétique n’ayant pas consulté d’ophtalmologue depuis 3 ans et sans pathologie ophtalmologique connue.
  • Le médecin généraliste informe le patient de la possibilité d’effectuer un bilan par une orthoptiste. Il adresse une demande auprès de l’équipe de la CPTS via MonSISRA (saisissez CPTS SUD EST GRENOBLOIS) en indiquant les nom, prénom et coordonnées du patient.
  • Nous contactons le patient pour programmer un rendez-vous et collecter les documents nécessaires à la création de son dossier par le bureau des entrées du CHUGA en amont de la consultation.
  • L’orthoptiste reçoit le patient et effectue les examens suivants :
    – mesure de l’acuité visuelle, réfraction (examen de vue),
    – prise de tension oculaire,
    – photos du segment antérieur avant et après dilatation,
    – photos de la rétine centrale et périphérique après dilatation.
  • Les clichés et informations sont directement saisis de manière sécurisée par l’orthoptiste dans le logiciel utilisé par le service du CHU qui s’engage à faire un retour sous 15 jours.
  • Un compte rendu est systématiquement adressé au médecin traitant et au patient avec prescription de correction optique si nécessaire, voire une convocation au CHU si nécessaire. En cas de résultat d’examen sans particularité, le patient sera invité à renouveler l’examen 2 ans plus tard.

 

  • Les principales pathologies surveillées

  • Glaucome
    Risque élevé et évolution silencieuse. Le médecin généraliste peut s’assurer de la bonne prise en charge et renouveler les ordonnances en cas d’un long délai d’attente.
  • DMLA
    Risque élevé, amène à une basse vision et perte d’autonomie. Les médecins généralistes peuvent être les premiers à relever les symptômes et adresser à un ophtalmologiste. Si la déficience visuelle est installée il peuvent prescrire un bilan orthoptique pour une prise en charge spéciale basse vision. La mise en place d’une aide à domicile est nécessaire selon le degré de dépendance.
  • Cataracte
    Risque moyen, myopie et voile blanc qui s’installent, peut dans de rares cas amener à une dépendance quotidienne si le patient refuse la chirurgie.
  • Rétinopathie diabétique
    Risque élevé de cécité si la glycémie n’est pas dans les normes. Le médecin généraliste est en première ligne pour le dépistage et la prise en charge de cette glycémie.


Mini-portrait Anne Gallasso, orthoptiste libérale

« Après avoir passé 10 ans à réaliser des pré-consultations en tant qu’assistante dans un cabinet d’ophtalmologie, j’ai décidé, en 2019, de m’installer en tant qu’orthoptiste libérale à Saint Martin d’Hères.

C’est avec enthousiasme que je contribue à ce protocole en lien avec le CHU, cela me permet de remettre un pied dans la pré-consultation que j’apprécie fortement.

L’objectif est de favoriser le dépistage précoce des principales pathologies oculaires chez les plus de 65 ans et les patients diabétiques, afin de prévenir le risque d’atteinte visuelle qui peut être évitable.

C’est grâce à la collaboration entre la CPTS et le CHUGA que ce protocole a pu voir le jour. La force de la CPTS repose sur la prévention, la volonté de mieux soigner, différemment, et surtout d’adopter une approche pluridisciplinaire des questions de santé. J’espère que ce protocole connaîtra un vrai succès